– Bas les pattes sur la Commune ! – Le marxisme, défenseur de la Commune – La Semaine sanglante de mai 1871: La sauvagerie de la répression bourgeoise
Le 150e anniversaire de la Commune a une fois de plus permis à la bourgeoisie de nous présenter les communards comme des “fauteurs de troubles” sanguinaires et des destructeurs nihilistes : n’ont-ils pas abattu des otages ? N’ont-ils pas failli détruire tout Paris par le feu ? Il est toujours intéressant de voir que, à un siècle et demi de distance, la bourgeoisie tremble toujours face à l’exemple de la Commune.
27 ans après le génocide d’au moins 800 000 Tutsis du Rwanda en 1994, deux rapports (dont l’un a été commandé par l’Élysée) ont récemment reconnu les “responsabilités lourdes et accablantes” de la France et de son président socialiste d’alors, François Mitterrand. D’anciens ministres sont évidemment tombés des nues face à ces “accusations infamantes”, mais l’État français ouvre bien la porte à la reconnaissance officielle de son indiscutable soutien aux génocidaires.
Il y a 40 ans, le Parti socialiste (PS), avec François Mitterrand à sa tête, arrivait au pouvoir. À l’époque, tout le “peuple de gauche” avait été appelé à sabrer le champagne pour fêter l’arrivée inespérée d’un président avec qui la société française allait prétendument “changer”. 40 ans après, la gauche est très loin de faire rêver les masses ouvrières.
Le 27 mars, le CCI a tenu une nouvelle réunion publique (RP) virtuelle sur le thème : “Face à la pandémie et à la crise économique : quelle réponse de la classe ouvrière ?” Un bon nombre de camarades ont participé à cette réunion, où s’est exprimée une forte volonté de discuter, de se clarifier, d’approfondir. Après 4 heures de discussion, nous avons proposé d’arrêter la réunion, tout en sachant que le sujet était loin d’être épuisé. Des camarades sont d’ailleurs intervenus afin d’encourager la poursuite de ces rencontres et, éventuellement, d’augmenter leur fréquence.
En 2003, Christophe Bourseiller, avec des prétentions d’historien, avait écrit une Histoire générale de l’ultra-gauche qui se résumait à des amalgames et des diffamations destinées à ternir la réputation de la Gauche communiste. Il réitère cette opération aujourd’hui avec un nouveau livre intitulé, Nouvelle histoire de l’ultra-gauche, tout aussi calomniateur. (1)
La publication sur le site de Valeurs actuelles d’un “Appel des généraux”, soutenu par des militaires pour la plupart en retraite, a fait l’objet d’un véritable emballement médiatique.
Permanence en ligne, le samedi 15 mai 2021 de 14 h à 18 h.
L’agression de militants de la CGT lors de la dernière manifestation du 1er mai à Paris est venue bousculer la routine traditionnelle des défilés syndicaux pour la fête du travail. Même si ces dernières années, les violences et affrontements entre les “éléments inorganisés”, les autonomes, les black-blocs et les forces de l’ordre sont devenus récurrentes, cette agression de la CGT sort de l’ordinaire et n’est nullement anodine.
Depuis le début du mois d’avril, le Covid-19 se propage à grande vitesse au quatre coins de la planète. Si la situation semble quelque peu se stabiliser en Europe et régresser aux États-Unis après une énorme flambée de contaminations, l’Amérique latine et le sous-continent indien sont désormais dans la tourmente. Des pays comme le Chili, dont la population avait été massivement traitée par les vaccins chinois, (1) sont touchés par une explosion des contaminations.

Pages