80 ans jour pour jour après le débarquement sur les plages normandes, l’État français célèbre en grande pompe cet événement et lui offre une place de choix au centre de toutes les attentions. Sur toutes les chaînes, dans tous les médias, on ne parle plus que de cela. « Sans ces héros, nous serions encore allemands », avons-nous pu entendre à longueur de journée. « Nous avons un rôle de transmission et de mémoire ».
La défense intransigeante de l’internationalisme face à la guerre impérialiste est un devoir fondamental pour une organisation communiste. Les révolutionnaires doivent être capables de naviguer à contre-courant de la propagande bourgeoise visant à entraîner le prolétariat derrière tel ou tel impérialisme. C’est particulièrement le cas face au déferlement de l’hystérie nationaliste et militariste qui entoure la guerre au Moyen-Orient.
Le 13 mai au soir, la Nouvelle-Calédonie s’est embrasée. Point de départ : la réforme constitutionnelle du corps électoral qui va affaiblir le poids électoral des forces politiques autochtones kanaks.
La situation d’un certain nombre de pays d’Amérique centrale constitue une caricature de l’enlisement de la société dans la putréfaction du monde capitaliste. Le cas le plus extrême étant certainement celui d’Haïti qui traverse des crises incessantes, toutes plus tragiques les unes que les autres.
L’épouvantable offensive israélienne sur la bande de Gaza a emporté, en quelques mois, des dizaines de milliers de vies dans un torrent furieux de barbarie. Des civils innocents, des gosses et des vieillards meurent par milliers, écrasés sous les bombes ou froidement abattus par la soldatesque israélienne. L’indignation est on ne peut plus sincère, mais les révolutionnaires ont la responsabilité de le dire haut et fort : les manifestations actuelles ne se situent, ni de près ni de loin, sur le terrain de la classe ouvrière. Elles représentent au contraire un piège mortel pour le prolétariat !
– Toulouse : samedi 25 mai à 14h, Salle Thierry PREVOT, 3 rue Escoussières Arnaud Bernard 31000 Accès métro ligne B - station métro Jeanne d’Arc. (ATTENTION : changement d'adresse)...
En novembre, selon les commentateurs bourgeois, un raz-de-marée politique a eu lieu aux Pays-Bas. Les élections ont donné aux partis populistes un peu moins qu’une majorité absolue, mais le PVV (Parti pour la liberté) de Geert Wilders est devenu de loin le plus grand parti.

Pages