Depuis février, les faits divers de violence parmi la jeunesse se sont multipliés. Rixes, agressions, assassinats… l’horreur touche la jeune génération de plein fouet.
Il y a un an, Emmanuel Macron promettait pour l’hôpital “un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières”, assurant apporter une réponse “profonde et dans la durée”. Alors, que s’est-il passé depuis ?
Il y a 150 ans, le 18 mars 1871, débutait le premier assaut révolutionnaire du prolétariat, donnant naissance à la Commune de Paris. Face à la guerre totale que lui déclara la bourgeoisie, la Commune résista pendant 72 jours, jusqu’au 28 mai 1871 : sa répression impitoyable coûta la vie à 20 000 prolétaires.
Marc Chirik nous a quittés il y a 30 ans, en décembre 1990. En hommage aux précieuses contributions de notre camarade, de ce grand révolutionnaire dans la lignée de Marx, Engels, Lénine et Rosa Luxemburg, nous republions ci-dessous la série de deux articles parus dans la Revue internationale n° 65 et 66, juste après sa mort. Ces deux articles retracent les grandes lignes de sa vie et rappellent ses apports inestimables à la cause du mouvement ouvrier et à la défense de la méthode marxiste.
Après la révolution russe en 1917, la révolution en Allemagne en 1918, la création de l’Internationale communiste en 1919, le CCI revient aujourd’hui sur le centième anniversaire du tragique écrasement de la révolte des marins, soldats et ouvriers de Kronstadt en mars 1921 avec la republication d’un document Les leçons de Kronstadt paru dans la Revue internationale n° 3 afin de tirer les leçons essentielles de cet événement pour les luttes futures.
Des salariés précaires payés au lance-pierre, une armée de livreurs “auto-entrepreneurs” travaillant à des cadences délirantes, des milliers d’emplois détruits dans le “petit commerce”, le travail de nuit systématique, les licenciements abusifs pour ceux qui “ne font pas l’affaire”, une logistique ubuesque en totale contradiction avec les prétendues velléités écologiques des gouvernements… Amazon, l’une des entreprises les plus puissantes du monde, est à l’image du système capitaliste dans lequel elle s’est développée : un ogre d’exploitation !
En février dernier, le CCI a déjà organisé une série de réunions publiques en ligne dans différentes langues sur le thème : “Pandémie et décomposition”. La conclusion générale de ces débats que nous avons tenus avec des camarades de nombreux pays est que la pandémie de Covid-19 est une expression autant qu’un facteur d’accélération de la décomposition sociale qui menace d’anéantir l’humanité et la planète entière. Cette perspective de misère, de guerres, de désastre écologique, de nouvelles pandémies, etc. est le seul avenir que ce système nous réserve.
Après avoir exposé nos critiques sur le contenu de l’intervention du PCI (qui publie le journal Le Prolétaire en France) suite au mouvement de lutte contre la réforme des retraites, nous proposons dans ce second article de poursuivre la polémique en revenant sur le cœur de ce qui fait nos divergences sur le sujet.
Cet article a comme objectif de faire connaître les positions de la Gauche communiste sur la récente grève des travailleurs agricoles, qui, selon nous, se situe sur le terrain de classe du prolétariat alors qu’elle se produit dans le contexte des manifestations citoyennes médiatisées par la bourgeoisie en défense de la démocratie bourgeoise et de l’ordre constitutionnel.1 Les travailleurs, de leur côté, se sont mobilisés pour la défense de leurs conditions de vie, contre les bas salaires et les conditions de travail pré
Il y a plus de cent millions de cas de Covid-19 de par le monde, avec un nombre de décès d’au moins deux millions, qui continue d’augmenter. C’est l’impact de la pandémie au niveau humain, avec des hôpitaux débordés, des vies en suspens pendant le confinement, des personnes isolées et une plus grande pauvreté, une situation incertaine avec l’imprévisibilité et l’incompétence des politiques de nombreux gouvernements et malgré l’arrivée des vaccins.

Pages