L’Allemagne : une fois encore l’exception, une fois encore championne du monde ?
Alors qu’à l’été 2019 l’Europe haletait sous la canicule, un autre pays la subissait aussi, avec des conséquences potentiellement bien plus ravageuses : le 30 juillet, la température sur la côte est du Groenland atteignait le record absolu de 25°.
Dans l’article ci-dessous, notre section au Pérou dénonce les ravages de la pandémie, mais surtout le cynisme et l’incurie de l’État démocratique qui n’a d’autre préoccupation que le profit et l’accumulation du capital, qui abandonne et sacrifie aussi bien les salariés de la santé que les malades. Des travailleurs de la santé à Lima et dans d’autres villes ont tenté d’organiser dans un premier temps des sit-in, des manifestations, demandant protection et moyens.
Nous publions ci-dessous, la contribution de camarades d’un groupe de discussion dans la région d’Alicante, suivie de notre réponse. DÉBATS SUR (ET CONTRE) LE VIRUS DU CAPITALISME  
Depuis la lutte contre la réforme des retraites et la crise du Covid-19, la bourgeoisie et ses médias semblent “redécouvrir” qu’il existe une classe ouvrière. De reportages en reportages, on vante le rôle des infirmières, des aides-soignants, du personnel d’entretien, des caissières de supermarché, des livreurs, des éboueurs, etc. Tous deviennent de nouvelles “vedettes” télévisées.
Le 28 avril dernier, la chaîne Arte diffusait une longue fresque historique en quatre épisodes sur l’origine et l’évolution de la condition ouvrière et du mouvement ouvrier du XVIIIe siècle aux années 1980, inti­tulée : “Le temps des ouvriers”. Dans un contexte où la classe ouvrière commence à reprendre le chemin des luttes et retrouve sa capacité de réflexion, cette programmation n’a rien d’anodine.
Nous publions, ci-dessous, le courrier d’un lecteur au sujet de la place des syndicats au sein de l’État, suivi de notre réponse.
Avec la crise du coronavirus, la machine idéologique de la bourgeoisie a poursuivi son œuvre avec, notamment, un des vieux chevaux de bataille de la propagande officielle : nous faire croire que le rôle de l’État capitaliste consiste à “protéger la population”. Le mythe de “l’État providence” et de ses prétendus “bienfaits” n’est qu’un mensonge. L’objectif des États capitalistes a toujours été de faire régner l’ordre afin d’exploiter au maximum la force de travail.
Nous publions ci-dessous la contribution envoyée par un camarade en Espagne proche du CCI afin de poursuivre la clarification sur la signification de la pandémie de Covid-19 et ses répercussions pour le prolétariat. Il nous parait extrêmement important dans les conditions actuelles de confinement et d’isolement physique (que les campagnes de la bourgeoisie prétendent convertir en isolement social, comme le souligne le camarade), soient prises toutes sortes d’initiatives afin d’élargir le débat et de dénoncer les fables de la bourgeoisie.
Nous publions ci-dessous plusieurs réactions trouvées sur les réseaux sociaux, des cris et des expressions d’indignation de colère mais aussi de combativité face à la catastrophe sanitaire que vit l’humanité à l’heure actuelle et dont la bourgeoisie est la seule responsable.

Pages