1917-2017 : il y a 100 ans, la révolution russe

Pour tous ceux qui considèrent encore que le dernier espoir de l'humanité est le renversement révolutionnaire du capitalisme mondial, il est impossible de saluer le début de l'année 2017 sans rappeler qu'il s'agit du 100e anniversaire de la révolution russe. Et nous savons aussi que tous ceux qui martèlent l'idée qu'il n'y a pas d'alternative à l'ordre social actuel le rappelleront à leur manière.

en lire plus

Situation en France

La manifestation du 28 mars dernier en Guyane a rassemblé plus de 10 000 personnes dans les deux principales villes, Cayenne et Saint-Laurent du Maroni (40 000 selon les organisateurs), sur une population de 250 000 habitants à l’appel des 37 syndicats qui composent l’Union Guyanaise des Travailleurs (UGT). C’est la mobilisation la plus massive de l’histoire de ce territoire, au lendemain du déclenchement d’une grève générale illimitée appelée par ces mêmes syndicats. Quel sens donner à cette grève ? Quelles sont les perspectives de ce mouvement ?

en lire plus

Histoire du mouvement ouvrier

La série que nous débutons avec ce premier article a pour objectif de mieux faire connaître les origines souvent ignorées de ce parti initialement prolétarien afin de mieux mettre en évidence le processus qui le mena ensuite à la trahison et à devenir même un rouage incontournable de l'appareil d'État français.

en lire plus

Réponse au Parti communiste international

Dans son numéro n° 519 (mars-avril-mai 2016), Le Prolétaire, organe de presse du Parti Communiste International (PCI) a fait la critique de notre article : Attentats à Paris, à bas le terrorisme ! A bas la guerre ! A bas le capitalisme ! Le PCI considérant que nous sommes « superficiels » et « impressionnistes », ironise sur le fait que le « CCI est choqué » par les attentats, d’où le titre de l’article emprunté à la romancière Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements. En fait, Le Prolétaire confond ici l’indignation prolétarienne face à la barbarie avec ce qu’il imagine être de la sensiblerie petite-bourgeoise ou du pacifisme.

en lire plus

Rosa Luxembourg

"Du vivant des grands révolutionnaires, les classes d’oppresseurs les récompensent par d’incessantes persécutions ; elles accueillent leur doctrine par la fureur la plus sauvage, par la haine la plus farouche, par les campagnes les plus forcenées de mensonges et de calomnies. Après leur mort, on essaie d’en faire des icônes inoffensives, de les canoniser pour ainsi dire, d’entourer leur nom d’une certaine auréole afin de “consoler” les classes opprimées et de les mystifier ; ce faisant, on vide leur doctrine révolutionnaire de son contenu, on l’avilit et on en émousse le tranchant révolutionnaire. C’est sur cette façon d’“accommoder” le marxisme que se rejoignent aujourd’hui la bourgeoisie et les opportunistes du mouvement ouvrier” (Lénine, L’État et la révolution),

Il n'y a pas eu de révolutionnaire à qui ceci s'applique plus qu'à Rosa Luxemburg. Les héritiers de ses assassins - les sociaux-démocrates de tous poils - voudraient en faire une icône de la démocratie contre les bolcheviks dictatoriaux. Ce premier chapitre de son travail sur la Révolution russe est une réfutation cinglante de ces tentatives de réécriture de l'histoire. Comme elle le dit dans sa conclusion : "Tout l'honneur révolutionnaire et toute la capacité dont la social-démocratie occidentale manquait était représenté par les bolcheviks".

en lire plus

Etats-Unis

Que peut attendre le monde de la nouvelle administration Trump aux États-Unis? Au lieu de participer à cette tentative de voir dans une boule de cristal ce que sera la politique de l'État américain dans un avenir proche, nous essaierons ici tout d'abord d'analyser pourquoi Trump a été élu président alors que les élites politiques traditionnelles établies n'en voulaient pas.

en lire plus

1917-2017 : il y a 100 ans, la révolution russe

Pour le centenaire de la Révolution russe, de nouvelles publications et émissions s'emparent de ce sujet sensible. Tout un flot de propagande se déverse donc à nouveau pour dénaturer les heures héroïques de cet événement grandiose qui fut un des plus importants du XXe siècle, du moins un des plus riches d'enseignements pour le prolétariat mondial. Parmi le foisonnement de l'offre, l'émission TV de la chaîne Arte proposait un titre alléchant : Lénine, une autre histoire de la Révolution russe. Selon les journalistes du journal Le Monde, « cette évocation est une formidable relecture de l’année 1917 déprise des fables qui l’ont maquillée au fil du temps et au gré des idéologies ». La propagande bourgeoise a toujours véhiculée une « autre histoire de la Révolution » pour mieux enterrer sa véritable histoire, en faisant parler les images à travers des commentaires mensongers plaqués sur des documents d’archives et des films muets. Arte, la chaîne « culturelle » était aussi au rendez-vous de la campagne anti-bolchevique et anti-léniniste.

en lire plus

1917-2017 : il y a 100 ans, la révolution russe

Le 4 avril 1917. Lénine. revenant de son exil en Suisse, arrivait à Pétrograd et s’adressait directement aux centaines d’ouvriers et de soldats qui avaient afflué à la gare en ces termes : “Chers camarades, soldats, matelots et ouvriers. je suis heureux de saluer en vous la révolution russe victorieuse. de vous saluer comme l’avant-garde de l’armée prolétarienne mondiale... La révolution russe accomplie par vous a ouvert une nouvelle époque. Vive la révolution socialiste mondiale !...” Cent ans plus tard, la bourgeoisie, ses historiens et médias aux ordres s’affairent toujours a entretenir les pires mensonges et distorsions historiques sur la révolution prolétarienne mondiale commencée en Russie.

en lire plus

1917-2017 : il y a 100 ans, la révolution russe

Au début du xxe siècle, au cours de ses plus grandes luttes, le prolétariat s’est donné une nouvelle forme d’organisation adaptée à sa tâche révolutionnaire : les conseils ouvriers (ou soviets).

en lire plus

Populisme

Les très importantes manifestations qui ont eu lieu depuis janvier en Roumanie contre une réforme du Code pénal menée par le gouvernement social-démocrate pour alléger les peines encourues dans les cas de corruption, proposer une amnistie totale dans les cas de corruption de moins de 200 000 lei (45 000 €) et amnistier d’anciens élus actuellement détenus, sont sans précédent dans ce pays depuis celles qui ont abouti à la déchéance du régime Ceaucescu en 1989.

en lire plus

Pages